l 1er septembre 2012

Cyclone Isaac

Depuis plusieurs jours nous suivions l’évolution du cyclone Isaac dont la trajectoire semblait frapper Haïti de plein fouet. Malheureusement accoutumées à ce type de catastrophes naturelles, les équipes de notre foyer Kay Ste Hélène connaissaient parfaitement les consignes de sécurité, la plus importante étant de ne sortir sous aucun prétexte. Les réserves d’eau et de nourriture avaient également été prévues. Ne restait plus qu’à attendre…

Le calme avant la tempête

L’arrivée d’Isaac était prévue vendredi en début d’après-midi. Le plus grand calme régnait pourtant dans le ciel à ce moment là. Quelques rafales de vents légères et peu soutenues balayaient les branches des grands arbres de temps à autre. Rien de plus. Parfois il arrive qu’un cyclone dévie sa course au dernier moment. Cette fois, ce ne fut pas le cas. Du vendredi soir vers 23h00, les premières cohortes de pluies et de vents déferlaient avec force. Dès ce moment là, il n’y avait plus rien à faire, si ce n’est attendre dans le noir, et prier pour que personne ne soit blessé.

Nuit blanche…

Difficile de trouver le sommeil. La pluie discontinue et intense rythme la nuit. Les vagues de vents violents se font entendre au loin. On les entend venir de loin, monter en puissance, atteindre leur paroxysme avant de projeter sur les murs divers projectiles improvisés. Quand le réseau le permet, nous nous envoyons quelques SMS. Entre deux on s’endort, on se réveille en sursaut sous un fracas inconnu qui se distingue de cette symphonie apocalyptique.

Soulagement au réveil

Par chance, l’ensemble de nos structures sont construites en dur, des fondations jusqu’au toit. Au matin vers 9h00, Isaac baisse en intensité. Nous pouvons enfin sortir de nos « bocaux ». Nous découvrons alors avec soulagement que tout le monde est sauf. Seuls des dégâts matériels et quelques inondations sont à déplorer. Du lendemain, nos plus grands enfants participent aux tâches collectives et viennent en renfort de nos équipes, une partie du personnel n’ayant pu venir nous rejoindre faute de routes praticables ou d’avaries sérieuses à gérer dans leur propre maison.

Pensées

Après le soulagement pour nos enfants, nous ne pouvons nous empêcher de penser aux familles sinistrées dans l’ensemble du pays, des communes les plus touchées comme Jakmel aux communautés les plus démunies comme celles des bidonvilles de Cité Soleil ou de Warf Jeremy. Celles qui vivent sous des toits de tôles dont la plupart se sont envolés. Sans compter les familles survivant toujours sous tentes depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2012. Toutes vulnérables aux intempéries, sans ressources pour reconstruire ce qui a été emporté, pour elles, les lendemains seront une nouvelle épreuve qui s’additionnera lourdement à leur pénible quotidien. Les conséquences d’Isaac se mesureront dans les jours, les semaines à venir, notamment au niveau du choléra. Les pluies diluviennes mêlées aux vents violents risquent en effet d’avoir disséminer les foyers infectieux dans des zones jusque-là épargnées. Prions pour qu’il en soit autrement. En attendant, notre Centre de traitement du choléra reste plus que jamais en état d’urgence…




A l’ecoute !

L’album "Haïti en Choeur" est disponible à la FNAC, Virgin, grandes surfaces et chez votre disquaire préféré.

l'album Une Symphonie pour Haïti écoutez les extraits


1